Les Lettres Du Mois

Lettre N° 14 - Novembre 2018
Lettre N° 13 - Octobre 2018
Lettre N° 12 - Septembre 2018

Aubiet 32

"C’est une œuvre d’art jamais finie"… "qui n’est pas dans un musée", "qui est ouvert à tous…", "qui n’est pas une sculpture…", "que l’on peut voir gratuitement."
C’est ainsi que les élèves de CM1 et CM2 du Gers parlent de ce lieu expérimental situé à Aubiet (32) et ouvert depuis quelques mois au public.

Chercheur, constructeur, et concepteur de jardin, Olivier Nattes est l’artiste qui a été retenu par la communauté des communes Pays Portes de Gascogne en 2014 pour créer la Nourrice, ce " jardin, forêt, comestible et habitable" à mi-chemin entre un lieu cultivé et un lieu sauvage.

Le jardin de demain
"L’idée – raconte Olivier Nattes — était de mêler l’art et l’environnement, de proposer un lieu de rencontre intergénérationnel où l’on pourrait redécouvrir le végétal et le fonctionnement de notre écosystème".
Pour l’artiste, adepte de la permaculture, il s’agit de montrer le jardin de demain où la main de l’homme accompagne très peu la nature.
Un lieu de ressources en évolution…
Le jardin d’Aubiet s’insère dans un parcours de Land Art du Pays Porte de Gascogne (avec Villefranche-d’Astarac, Saint-Elix-d’Astarac, à 20' et 30') ; sauf, qu’ici l’œuvre de l’artiste n’est pas identifiée par un élément monumental ou par une sculpture personnelle ; elle est un tout, construite à plusieurs mains, soumise aux saisons, aux vents, au passage des visiteurs qui peuvent s’y détendre, bavarder, ramasser quelques fruits, remettre un peu de paille mais aussi s’abriter des vents dominants grâce à la présence d’une serre refuge bioclimatique. C’est un lieu de ressources en constante évolution.


… où l’art est au cœur de la ruralité
Chef de Projet Culture au sein de la Communauté, Aurélie Bégou explique la genèse et le contexte de cette création : " Nous sommes ici en pleine ruralité, dans une commune de 1200 habitants qui connaît comme aux alentours un apport de population, et Aubiet a eu l’audace d’aller plus loin que de réaliser un simple jardin public à partir d’une friche d’une superficie de 6000 m2. Le projet de longue haleine allie art, architecture et paysage dans une dimension environnementale. Il a aussi créé, comme l’énonçait l’appel à projet, une véritable synergie entre l’artiste, les habitants, et les artisans. "
Pour animer et faire vivre demain ce lieu à travers des activités et des événements, l’association la Nourrice a été créée en 2015. Pour l’heure, sa coprésidente, Anne Esparbes, donne la priorité aux derniers aménagements du lieu et à la recherche de financements.

Entre nous…
> Grande satisfaction de l’Asso ? " Le charme inouïe de ce lieu ; voir l’émerveillement des enfants…"
> Solutions à trouver prochainement ? " il va falloir faire un appel à participation pour financer du mobilier, la pompe de la mare et la signalétique, soit au total 10 000 €".

Pour les plus curieux : https://facebook.com/lanourriceaubiet

REDACTION

Journal  d'information numérique (lettre et site) associatif, indépendant, participatif et gratuit.

Contact : redaction-itvb@orange.fr

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus