Les Lettres Du Mois

Lettre N° 14 - Novembre 2018
Lettre N° 13 - Octobre 2018
Lettre N° 12 - Septembre 2018

Périgueux-24

 

Depuis 6 ans, les ateliers de théâtre du quartier de la gare à Périgueux proposent à un public de tous les âges de découvrir une pratique artistique en amateur mais aussi de se rencontrer et de créer ensemble un spectacle à partir d'une pièce contemporaine. Chaque année, une nouvelle aventure collective démarre accompagnée par une comédienne-metteur en scène.


A la demande de la commune de Périgueux, les ateliers de la gare sont nés voici quelques années sur la proposition de Juliette Lasserre Mistaudy de la Compagnie théâtrale SiphonArt, comédienne et metteur en scène de spectacles afin de rendre la culture plus accessible par le partage d'une pratique. L'espace de recherche et de création théâtrale intergénérationnelle allait ainsi naître et se structurer comme le raconte son initiatrice : " C'est un travail de partenariat et de coordination sur le terrain. Le projet a été rattaché à l'école André Boissière qui valorise les pratiques artistiques, ce qui a permis de se  rapprocher de l'Office Central de la Coopération à l'École de Dordogne, dont la vocation est d'accompagner des projets coopératifs. Aujourd'hui, les ateliers sont essentiellement portés par l'OCCE et la compagnie SiphonArt et nous bénéficions également d'un lieu situé dans l'ancien cinéma de quartier qui permet de se réunir une fois par semaine". A cela, il faut ajouter le soutien de la fondation SNCF, qui avait retenu le projet de l'atelier de quartier.


…Prétexte à se rencontrer
Chaque année, un nouveau collectif de tous les âges se constitue. Certains cependant, aujourd'hui adolescents, appartiennent à l'aventure depuis le début, leur rôle est important dans la transmission et la pérennité d'un tel dispositif. " Le théâtre est un prétexte à se rencontrer. Le groupe évolue. Cette année par exemple, il n'y a que des filles dans le groupe dont les âges vont de 6 à 60 ans. Et puis, Il y a ce qui se passe autour du théâtre, dans le quartier, l'implication de la famille, du frère, de la soeur, les goûters qui sont préparés pour les déplacements, les spectateurs qui sont souvent complices et participants".


La recherche, l'expérimentation d'un collectif dans un espace
Attachée aux valeurs d’éducation populaire et du théâtre-éducation, Juliette Lasserre Mistaudy considère la transmission comme l’une des bases fondamentales de la construction artistique. Son implication et celle de sa compagnie, elle l'explique comme un acte militant : "Le théâtre n'est pas réservé à certaines salles ou à un certain public aisé. Notre rôle est de construire et aussi de déconstruire les préjugés et pour cela il faut être au coeur de la cité. Le labo, c'est la recherche, l'expérimentation d'un collectif dans un espace".  Dans ce but,  le choix de Juliette Lasserre Mistaudy est de partir d'auteurs contemporains et le partenariat avec l'OCCE est important à ce titre car il permet de sélectionner des créations d'une durée de spectacle de moins de 15 minutes qui sont donnés à voir dans des lieux extérieurs, souvent le hall d'une  gare. Un lieu certes de passage, mais idéal au voyage imaginaire le temps d'une attente.


La coopération,  solution aux imprévus
Si l'implication des participants est une constante, sur une saison, il faut aussi  pallier les absences. Qui ne connaît pas cette situation dans le théâtre amateur ? Aux ateliers, les solutions sont prévues." La répartition du texte est un travail choral et s’il y a des absents, tout le monde peut jouer un autre rôle, la coopération prend  là aussi tout son sens".

Entre nous
> Grande satisfaction :"C'est l'implication de tous sur une année, du début jusqu'à la fin, de les voir faire ensemble et ce autour d'écrits contemporains car le théâtre c'est du vivant aussi".
> Solutions à trouver prochainement ? "Les subventions baissent. Le coût d'un abonnement sur une année, même s'il est bas et que l'on fait jouer la solidarité si besoin, s'avère de plus en plus difficile pour les familles. Ce n'est pas un mythe d'être soucieux du moindre euro. Il faudra faire alors autrement… et on le fera ".

Pour les plus curieux  : www.siphonart.fr

REDACTION

Journal  d'information numérique (lettre et site) associatif, indépendant, participatif et gratuit.

Contact : redaction-itvb@orange.fr

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus