Les Lettres Du Mois

Lettre N° 14 - Novembre 2018
Lettre N° 13 - Octobre 2018
Lettre N° 12 - Septembre 2018

Bordeaux 33/64/…

Ils sont commercial, ingénieur, à la retraite, architecte… et ont opté pour un modèle de supermarché coopératif et participatif.
Au final : des produits locaux, le plus souvent bio, des marges réduites, des prix justes pour le coopérateur et le producteur.

Depuis 40 ans dans le quartier de Brooklyn à New York ce sont les clients qui sont les patrons du Park Slope Food Coop.

"Je me suis dit que je n’étais certainement pas la seule dans ce cas "
C’est exactement ce modèle qu’a souhaité reproduire Anne Monloubou à Bègles, aujourd’hui Présidente de la Coopérative — après s’être rendue aux États-Unis fin 2014 : " L’Amap c’était bien mais pas suffisant. Il fallait courir pour trouver tout ce qui était complémentaire à nos besoins. Ensuite se posait le problème de la qualité, du coût, du prix. Et, je me suis dit que je n’étais certainement pas la seule dans ce cas."

Premier étage de la fusée : une boutique expérimentale
Mais on ne monte pas un supermarché d’un coup de claquement de doigt. Alors, Anne Monloubou constitue une équipe de gens motivés autour d’elle et abandonne petit à petit son métier initial d’architecte paysagiste. Elle se tourne vers Le supermarché la Louve à Paris (XVIIIe arrondissement), pionniers en France et généreux en conseils. Elle copie la méthode et met en place des groupes de travail.
Une association est créée pour mener le projet et en novembre 2016 la boutique SuperCoop (nom retenu) de 70 m2 ouvre à Bègles. " C’est le premier étage de la fusée. Une sorte de formule expérimentale, – précise la Présidente — elle nous permet de découvrir les fonctionnements d’un supermarché et de nous roder à tous les postes."

Deuxième étage de la fusée : la recherche du futur lieu de SuperCoop
Depuis quelques mois, une nouvelle étape a démarré ; il s’agit de trouver un local d’environ 1000m2, au sud de Bordeaux,à Bègles pour abriter le futur supermarché SuperCoop, dans sa version définitive. La moitié sera occupée par la surface commerciale et l’autre moitié comprendra un lieu pour l’association et ses différentes activités.
Si le projet est séduisant, réunissant à ce jour 600 adhérents, demain ce sont les coopérateurs (= acquisition de 10 parts sociales à 10 €), actuellement au nombre de 300, qui feront tourner le supermarché en donnant de leur temps à raison de 3 h par mois.
Avant tout engagement, une information est donnée aux personnes intéressées par la coopérative afin que chacune fasse un réel acte de volontariat.
"Ce lieu sera bien plus qu’un espace commercial — conclue Anne Monloubou- Il créera du lien social, fera du bien à l’environnement, à la santé et au porte-monnaie. Notre action consiste à faire gagner du pouvoir d’achat aux coopérateurs en ayant des marges réduites et transparentes. "
Rendez-vous début 2018 pour l’ouverture de SuperCoop.

Entre nous…
> Grande satisfaction ? " Voir que nous avons réussi la première étape avec la boutique. C’est un vrai succès."
> Solutions à trouver prochainement ? "Bordeaux étant à la mode, son foncier est en hausse. Notre modèle a du mal à se faire une place dans ce contexte mais le lien social est une vraie valeur que nous mettons en avant auprès de nos interlocuteurs."

En savoir plus : supercoop.fr

Autre coopérative  : Otsokop à Anglet (64).

REDACTION

Journal  d'information numérique (lettre et site) associatif, indépendant, participatif et gratuit.

Contact : redaction-itvb@orange.fr

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus