Les Lettres Du Mois

Lettre N° 14 - Novembre 2018
Lettre N° 13 - Octobre 2018
Lettre N° 12 - Septembre 2018

Tarnos 40

Dans les Landes, le conseil départemental, en charge de la protection des mineurs isolés étrangers (obligation de la loi française), a proposé aux habitants la possibilité de devenir famille de parrainage. Sorties, accueils à domicile l’espace de quelques jours ou de quelques heures sont ainsi proposés aux mineurs.
Ces moments de partage qu’ils soient sportifs, culturels ou autres sont de vrais temps forts pour les mineurs et les familles d'accueil.

 Originaires d’Afrique de l’Ouest, pour la très grande majorité, les mineurs isolés (arrivés seuls, sans famille) sont des rescapés d’un périple dangereux et épuisant qui a duré plusieurs mois.

 Un accueil structuré au niveau national

Tous ces jeunes, dès leur arrivée en France, placés sous la protection des services de l’enfance (Conseil départemental) sont accueillis par des structures collectives, des familles d’accueil ou parfois des associations selon la disponibilité des lieux d’accueil. "Concrètement -précise Elisa Rouzies directrice de la MECS* Castillon- le jeune qui arrive dans un département est considéré comme primo-arrivant. Dans les 5 jours suivant son arrivée, une évaluation doit être faite pour confirmer sa minorité ainsi que l’isolement familial. Dans notre structure, les jeunes sont arrivés, soit directement dans les Landes après un enregistrement auprès de l’autorité judiciaire, soit après avoir été orientés par la cellule nationale selon une clé de répartition établie pour l’ensemble du territoire".

Une cohabitation positive pour la MECS

A Tarnos cette année parmi les 82 jeunes accueillis par la MECS (structures qui accueillent généralement des mineurs dans le cadre de la protection de l'enfance) 40 sont des réfugiés, 3 ont moins de 15 ans, tous les autres ont entre 16 et 18 ans.

Ici, ils sont hébergés en chambres individuelles et prendront leur repas en commun. Dès leur arrivée, ils sont scolarisés après être passés par le CIO (Centre d’information et d’orientation). Généralement, ils intègrent le milieu scolaire en classe de 3e ou en lycée Pro. "Leur volonté est d’apprendre à lire et écrire. Ils sont très assidus, très participatifs et s’accrochent même si la difficulté pour eux est grande. Dans notre structure cela a impulsé d'autres comportements chez nos autres jeunes" raconte avec enthousiasme la directrice.

De la convention de parrainage… à la vie au quotidien

Pour les accompagner et les aider dans leur intégration, l'établissement depuis fin décembre 2016, a proposé aux plus jeunes mineurs qui le désiraient des familles de parrainage. Une quinzaine de famille ont signé une convention avec l’établissement et le Conseil départemental des Landes. C’est ainsi que Laurent et Sophie, après avoir discuté avec leurs jeunes enfants, très enthousiastes, reçoivent depuis près d’un an Mahamadou, malien, âgé de 17 ans. "Il y a eu une petite période où nous étions un peu timides de part et d’autre et au fur et à mesure des rencontres, un vrai lien s’est établi. Le papier que l’on a signé, on l’a presque oublié. Demain si Mahamadou a un ennui, un problème, on sera là." confie Laurent.

Soirées foot à la télé, repas faits ensemble, sorties le week-end nourrissent la relation. "On communique par Whatsapp pour se retrouver. Je n’aurai pas pensé que cela pouvait être aussi simple. Je suis d’autant plus contente de montrer à nos enfants et à nous même que l’on pouvait ouvrir notre famille et par cet acte, très isolé, donner aussi du sens à notre vie" conclut Sophie avec de la chaleur dans la voix.

*Maison d’enfants à caractère social

 Légende photo : L'accueil en famille, c'est aussi partager ses moments festifs.

 

Entre nous



> Grande satisfaction :"De voir que du côté des familles ou des mineurs les retours sont très positifs. Le parrainage des familles est un pas de plus vers l’ouverture, l’intégration, le vivre ensemble".

> Solutions à trouver prochainement ? "Les bons mots et les bonnes explications qui mettront en avant qu’un accompagnement basé sur l’intégration et l’autonomie financière de ces jeunes avec leur coût reste une chance pour notre pays"

Je m’engage à apporter mon expérience sur un projet similaire, vous pouvez me contacter :   Elisa Rouzies  -  Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

 

REDACTION

Journal  d'information numérique (lettre et site) associatif, indépendant, participatif et gratuit.

Contact : redaction-itvb@orange.fr

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus