Autour de valeurs partagées, des personnes à la retraite apprennent à se connaître  dans le but d’élaborer leur habitat commun sous  forme de coopérative au sein de laquelle demain ils seront locataires. Le projet enclenché  voici  12 ans en est aujourd’hui à la réalisation des plans.
Leur objectif est toujours aussi fort  : vieillir ensemble, mieux et autrement.
Bègles - 33

 

Elles et ils, ont pour la majorité plus de 70 ans et portent le projet de construire leur lieu de vie sous la forme d’un habitat en coopérative. Ils sont aujourd’hui dix coopérateurs et  atteindront à terme le nombre de 21 pour 15 appartements. Avis aux lecteurs intéressés !
Philippe Michel qui a rejoint le projet avec son épouse voici un an et demi après avoir quitté la Savoie, leur région d’origine résume celui-ci : « Nous faisons le pari de vieillir ensemble avec la volonté de s’entraider, de se soutenir, le plus longtemps possible, c’est une démarche pour laquelle il faut se faire confiance et donc se connaître et partager les valeurs établies par l’association dont la solidarité, la laïcité, le choix de l’autogestion… »
À ce jour, le quartier animé nommé « la Castagne » à Bègles (Communauté urbaine de Bordeaux), situé route de Toulouse, a été choisi et validé pour ériger la construction. Les plans sont en cours de finition auprès d’un cabinet d’architectes. Autant dire que l’on rentre ici dans une phase plus concrète mais remontons aux étapes précédentes.


Naissance de l’association en 2008
Comme souvent, c’est autour d’un apéritif entre amis que l’idée a germé et qu’elle a pris corps, tout de suite suivie par la création d’une association ; le statut permettant de faire avancer l’idée, de lui donner une existence collective et de trouver les partenaires indispensables dans ce genre de réalisation. L’association « Boboyaka » est donc née en 2008. Le choix de la dénomination est un trait d’humour des pionniers ; il fait référence au Baba Yaga, habitat groupé autogéré par des personnes âgées à Montreuil, mais aussi à l’ouvrage qui les attendait et aux nombreux « y’a qu’à » en devenir.


Coup d'accélération en 2012
L’équipage a  subi quelques aléas mais à partir de 2012, le projet  refaçonné connaît un nouveau démarrage. L’association s’informe sur les coopératives déjà existantes, adhère à Habicoop, entame une action auprès des collectivités de Bègles et la Communauté de Communes de Bordeaux avec l’objectif de rechercher du foncier, se rapproche du COL , un bailleur social qui sera le maître d’ouvrage.
Au cours de la même période, la loi ALUR crée un statut juridique pour les habitats coopératifs.

Parts sociales du coopérateur, son implication
C’est ainsi qu’à côté de l’association s’est créée la coopérative, (avec un apport au départ de 3 000 € qui atteindra pour chaque coopérateur 20 000 € de parts sociales = garantie pour les travaux), et que se construit « pierre à pierre » (pourrait-on dire à raison d‘un week-end de travail par mois) ce futur collectif, forcément original. Les coopérateurs se retrouvent à la brasserie « Le Poulailler » à Bègles pour échanger, rendre compte de leur travail qui s’est organisé en commissions.

 

Un préalable indispensable pour se connaître
C’est durant ce temps que les personnes intéressées au projet peuvent aussi s’informer, s’inscrire mais il y a un passage obligé : « Au départ, on laisse la place aux curieux, à ceux qui veulent en savoir plus… Ils assistent alors aux séances plénières et puis après avoir adhéré, ils viennent en tant que postulants avec l’obligation d’être présent pendant 6 mois. C’est un temps nécessaire pour se connaître, pour tester la motivation et pour voir si cela va fonctionner avec le groupe existant. Et c’est un moment convivial également qui se termine par une auberge espagnole » précise Philippe Michel.


« …Nous avons pensé à minimiser les coûts de location… »
Les plans, consultables sur leur site web aujourd’hui, sont à imaginer  sur un terrain arboré avec peupliers et chênes. Le projet comprend 3 bâtiments de différentes hauteurs qui accueilleront 15 appartements de 45 à 84 m², avec un petit jardin pour chacun. Sont prévues également des chambres d’amis.
« Il faut préciser que ce sera une réalisation écologique que ce soit dans l’emploi des matériaux, des énergies… La toiture  sera végétale pour créer un jardin… Et pour minimiser les coûts de location, autour de 670 € charges comprises pour un appartement de 50 m², on a prévu sur le site la construction d’un studio pour étudiant et d’une crèche qui recevra 10 enfants. Et bien sûr, nous aurons des espaces communs pour partager des moments de convivialité, de bien-être… Notre projet de vie prend ainsi de plus en plus forme » conclut Philippe Michel.


Entre nous :



> Grande satisfaction : "De mener ce projet ensemble, de se retrouver ensemble à vivre sur ce lieu".



> Solutions à trouver prochainement ? « Quand on vivra ensemble, nous aurons aussi des choses à organiser… Elles seront différentes… C’est au pied du mur… ».
Quelle incidence a sur votre projet la crise sanitaire actuelle ? « Sur le plan pratique nous avons découvert la visioconférence avec l’application zoom pour faire nos réunions et continuer à avancer. Sur le projet lui-même, il ne fait que confirmer l’envie et la nécessité d’être ensemble pour s’entraider demain».

 



Pour les plus curieux :  https://boboyaka-la-castagne.fr


Je m’engage à apporter mon expérience sur un projet similaire :
Philippe Michel - Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

REDACTION

Journal  d'information numérique (lettre et site) associatif, indépendant, participatif et gratuit.

Contact : redaction-itvb@orange.fr

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus