Les Lettres Du Mois

Lettre N° 14 - Novembre 2018
Lettre N° 13 - Octobre 2018
Lettre N° 12 - Septembre 2018

Aulon, Pierrefitte-Nestalas, Sarriac-Bigorre-65

Elles ont participé au" jour de la nuit"  qui a eu lieu le mois dernier… Elles, ce sont des communes des Hautes-Pyrénées.

Si cet événement contribue à la promotion de la protection du ciel étoilé, il vient se rajouter à la prise en compte de ce patrimoine naturel et culturel qui fait l’objet de toutes les attentions sur leur territoire qu’ils aient 1500 habitants ou 100 habitants. La prochaine édition aura lieu le 13 octobre 2018. Préparons là.


De plus en plus de communes en France participent à cet événement mise en place depuis 8 ans. Les Hautes-Pyrénées sont certainement le département le plus actif à mettre en scène cette journée, la proximité avec la Réserve Internationale de Ciel Étoilé (RICE) du Pic du Midi n’y est certainement pas étrangère. Labellisé en 2013, par une association internationale, le projet de la RICE a été créé pour aller contre le phénomène de la pollution lumineuse et pour engager une dynamique de développement durable sur une partie du territoire Haut-pyrénéen.


Une sensibilisation à la lutte contre la pollution lumineuse
À Sarriac-Bigorre, c’est tout naturellement qu’on s’est donc investi dans ces journées
nous confie le maire Denis Gronnier:"Elles sont un rendez-vous traditionnel maintenant, mais nous nous intéressons depuis 2014 à la pollution lumineuse. On a remplacé nos ampoules par des Led, on a mis en place une baisse de l’éclairage progressif avec un arrêt entre 23 h à 6h".
De même à Pierrefitte-Nestalas, on se dit très sensibilisé au sujet, des modifications au niveau des équipements publics ont été réalisées tout comme à Aulon, qui a opté en même temps pour un éclairage unidirectionnel mettant en avant le patrimoine mais sans perdre de vue l’idée principale qui était de diminuer les effets négatifs sur la biodiversité que ce soit au niveau des insectes ou autres espèces raconte le maire Jean-Bertrand Dubarry, favorable à la mise en place d’une trame sombre, tout comme on a mis en place la trame verte et bleue.


Dîner aux bougies, sorties nature…
Pour toutes ces communes, le jour de la nuit est un moment promotionnel, comme une piqûre de rappel qui permet aux participants de se réapproprier la nuit. Elles ne souhaiteraient plus rater cet événement pour lequel elles ne manquent pas d’idées : dîner aux bougies, sortie nature, découverte de la biodiversité nocturne, soirée conte, observation astronomique. Et à chaque édition, les organisateurs prennent soin de varier les plaisirs.
Pour Denis Gronnier, c’est un moment exceptionnel : "On retrouve en quelque sorte une âme d’enfant dans ces soirées, on écoute le silence, on observe les étoiles. Tout est perçu différemment". À Pierrefitte-Nestalas, on offre la soupe aux participants, et puis on partage son repas avec son voisin tout en s’éclairant à la bougie. "Cette année, à 21h30 nous sommes partis faire une balade avec un guide du Parc national. Les familles aiment beaucoup ces moments " confie la conseillère municipale Christele Schlur, organisatrice de la journée.
Coté technique, quelle que soit la taille de la commune, l’arrêt des éclairages est simple ; il demande plus de bras et de jambes lorsqu’il nécessite de se rendre sur tous les compteurs disposés sur le territoire d’une petite commune afin d'arrêter les disjoncteurs.
Toutes rappellent que la mise en place est simple et qu’elles sont ou peuvent être aidées par le syndicat départemental de l’énergie pour piloter le mode opératoire de l’événement et y apporter la sécurité nécessaire si besoin.


Pour les plus curieux : https://www.jourdelanuit.fr


REDACTION

Journal  d'information numérique (lettre et site) associatif, indépendant, participatif et gratuit.

Contact : redaction-itvb@orange.fr

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus