Les Lettres Du Mois

Lettre N° 13 - Octobre 2018
Lettre N° 12 - Septembre 2018
Lettre N° 11 - Juin 2018
Lettre N° 10 - Mai 2018
Lettre N° 9 - Avril 2018
Lettre N° 8 - Mars 2018
Lettre N° 7 - Février 2018
Lettre N° 6 - Janvier 2018
Lettre N° 5 - Novembre 2017
Lettre N° 4 - Octobre 2017

Carignan  33

Comment sur un territoire péri-urbain de près de 4000 habitants, situé à côté de Bordeaux, en pleine mutation socio-économique, donner envie à des personnes de se rencontrer ? La création d’un lieu qui bannit les étiquettes financières et sociales semble être une partie de la réponse associée aujourd’hui à la volonté de participer à la dynamisation de la vie sociale.


La quarantaine, en activité pour la plupart, le petit groupe de bénévoles de l’association "la Boutique sans étiquette" a ouvert son espace voici trois ans en face de l’église de Carignan. «On voulait créer un lieu en milieu semi-rural où des personnes se rencontreraient à travers une action désintéressée. On s’est inspiré de "la boutique sans argent" à Paris où l’on ne trouve aucune étiquette car tout y est gratuit. On a ensuite rencontré la première adjointe de notre commune qui nous a proposé un local tout de suite » raconte Christelle Petit, la Présidente.


De l’idée à la mise en place du projet…
Les étapes se sont naturellement enchaînées : réunions d’information publique, communication, aménagement des lieux… faisant taire les pessimistes qui trouvaient l’idée totalement utopiste. « L’association a bénéficié de meubles de récupération pour recevoir et ranger les différents dons mais aussi très vite d’apports d’objets à donner. Beaucoup de personnes ont ouvert leur placard et trouver des objets non utilisés à remettre dans le circuit ».


Une zone de partage reposant sur l’économie circulaire et raisonnée
La boutique sans étiquettes accepte tout à condition que l’objet soit propre et en état de fonctionner selon le don. Ne disposant que de 25 m2 la boutique, ouverte le vendredi soir et le dimanche matin, équilibre depuis sa création apports et dons. « C’est un mode de consommation différent, une zone de partage qui repose sur l’économie circulaire et raisonnée. On n’a pas besoin d’être adhérent pour venir, nous recherchons la mixité sociale avant tout » poursuit la Présidente, très sensible aux gâteaux et café proposés par les habitués du lieu.


De nouvelles propositions à partir du maillage associatif
Et si ce lieu était plus qu’un débarras organisé où la convivialité s’exprimerait avec une grande liberté ? L’association en effet souhaite et c’est déjà bien parti, participer à des actions locales en s’appuyant sur le tissu associatif et impulser dans ce même esprit des événements à raison d’une fois par mois, événements qui susciteraient la convivialité, la mixité et le partage. « On a démarré par des propositions de balades en poney gratuites, des séances de jeux géants… Demain nous souhaitons comme ce sera le cas le 24 novembre à Pompignac participer à la création de projets artistiques. Nous avons des idées plein les cartons… ».


Entre nous
 



> Grande satisfaction ? "D’être toujours présente et de voir que les liens se tissent au niveau associatif, que l’on travaille avec des logiques positives et qu’il y a une réelle volonté de travailler à l’amélioration du cadre de vie».
> Solutions à trouver prochainement ? "Du temps et de l’énergie pour continuer à mettre en œuvre mais l’engagement et la dynamique des bénévoles ainsi que l’apport de personnes qui viennent de communes voisines est un bel espoir sur l’avenir ».





Pour les plus curieux : https://fr-fr.facebook.com



Je m’engage à apporter mon expérience sur un projet similaire, vous pouvez me contacter :
Christelle Petit   -   Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

REDACTION

Journal  d'information numérique (lettre et site) associatif, indépendant, participatif et gratuit.

Contact : redaction-itvb@orange.fr

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus