Les Lettres Du Mois

Lettre N° 14 - Novembre 2018
Lettre N° 13 - Octobre 2018
Lettre N° 12 - Septembre 2018

Saint Just 24

Utiliser le bois à partir d’arbres qui ont poussé chez soi pour faire ou compléter une construction, petite ou grande, en sélectionner des pièces pour réaliser des meubles selon l’essence sans passer par un traitement avant leur utilisation… La  démarche est-elle  écologique ? Simplement logique répond  notre scieur de bois mobile…

 

Scieur ambulant, installé à St Just, Clément Feyeux, se déplace chez les propriétaires d’arbres qui ont procédé à des abattages (coupes),  le plus souvent dans la campagne du Périgord, pour transformer leurs grumes (troncs d’arbres débarrassés de ses branches) en bois d’œuvre : planches, poteaux, poutres, bardage…
« Avant, les fermes étaient équipées de scies, les villages avaient souvent des scieries ou alors on faisait venir des scieurs de long de toute la France qui débitaient avec une scie les troncs d'arbre dans leur longueur, d’où leur nom. Aujourd’hui tout cela a disparu mais notre métier avec sa technologie, moins demandeuse de force physique répond à nouveau à une envie de propriétaires qui veulent faire avec ce qu’ils ont sur place et qui veulent prendre en compte leur environnement » raconte le jeune scieur.


« Je peux aussi conseiller sur le bois, l’usage, le séchage… »
A 29 ans, Clément Feyeux, menuisier de formation a malgré son jeune âge, exercé son métier auparavant quelque temps. Une clientèle difficile à se faire pour le natif du bassin d’Arcachon mais aussi le refus d’aller vers les PVC et l’alu, l’on conduit  à chercher  une activité complémentaire, devenue  principale aujourd’hui  en tant que scieur mobile.
« Je me suis fait rapidement une clientèle, de personnes très différentes. Je travaille près de chez moi ou plus loin et selon les chantiers, je peux  venir pour une journée ou rester plusieurs jours. C’est toujours des rencontres sympa. C’est l’occasion pour le client d’appeler son  voisin qui va  nous donner un coup de main, de déjeuner ensemble… de discuter sur le projet à venir. Je peux aussi conseiller sur le bois, l’usage, le séchage… ».


Écologique ou logique ?
Quand on demande à notre scieur si c’est une prise en compte de l’écologie qui l’a motivé… lui préfère parler de logique à employer du chêne ou du châtaignier quasiment imputrescible et présent dans son environnement. « Que vient faire le sapin du Nord dans notre région ? Ils sont nécessaires dans les Vosges ou pour les chalets de montagne. Construire avec ce qui est près de chez soi, c’est simplement logique. Mes clients sont dans cette démarche aujourd’hui d’autant qu’au final le coût est moindre car souvent, le bois, ils l’ont eu en héritage ».


Entre nous
 



> Grande satisfaction ? "Être capable de vivre de ce métier et être son propre patron".

> Solutions à trouver prochainement ? " Avec ce métier  la vie de famille est compliqué, c’est pour cela que je repense à mon métier initial qui pourrait aujourd’hui à partir du travail de scieur m’amener à proposer des petits ouvrages".






Pour les plus curieux : 
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.



Je m’engage à apporter mon expérience sur un projet similaire, vous pouvez me contacter :  Clément Feyeux  -  Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

REDACTION

Journal  d'information numérique (lettre et site) associatif, indépendant, participatif et gratuit.

Contact : redaction-itvb@orange.fr

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus