Les Lettres Du Mois

Lettre N° 14 - Novembre 2018
Lettre N° 13 - Octobre 2018
Lettre N° 12 - Septembre 2018

Tresses 33

Un terrain agricole de 7 hectares à une dizaine de km de Bordeaux, un projet de maraîchage bio proche de la ville mêlant coworking agricole, expérimentation, formation et l'enthousiasme produit en permanence par son fondateur… Et la ferme de la Glutamine prend forme.

 

Alors que la demande des habitants des villes progresse en matière d'alimentation produite au niveau local, le foncier n'est pas chose facile à trouver et encore moins à des prix raisonnables pour des agriculteurs qui souhaiteraient s'installer et répondre à ce marché. Loin de résoudre cette problématique à lui seul, Charles Oksenhendler souhaitait apporter sa pierre à l'édifice. " Très peu de maraîchers peuvent s'installer au regard du prix de la terre, les banques ne les suivent pas. Lors de ma formation j'ai compris que bénéficier de 7 hectares était une chance et j'ai souhaité construire un projet collectif qui redonnerait du sens à ma vie".


Un projet, une dénomination
Informaticien au parcours brillant, ayant mené une vie frénétique qui le poussera par deux fois au burn out, Édouard va trouver le déclic dans un projet qu'il élabore autour du maraîchage qui portera le nom de la ferme de la glutamine.
Quant on lui pose la question sur cette dénomination il fait référence à une conversation qu'il a eu avec un ami atteint d'un cancer évoquant son besoin en glutamines. "Quand on est malade -précise-t-il- on s'intéresse à son alimentation, on veille à ce qu'elle soit équilibrée, saine. Le taux de glutamines est un indicateur, plus un aliment en possède moins il a été soumis aux pesticides et aux transmutations".


Offrir des conditions favorables
En 2014, le projet de la ferme de la glutamine sur la commune de Tresses est lancé avec pour mission d'offrir des conditions favorables pour le démarrage et l'expérimentation de futurs maraîchers en s'assurant de la faisabilité de leur projet et de leur capacité à le gérer. Concrètement, la ferme de la Glutamine propose pour 3 ans (durée maximale) une parcelle à cultiver de 1500 m² à chaque porteur de projet afin qu'il puisse mettre en oeuvre ses techniques culturales et tester son modèle économique (intégration d'AMAP…) qu'il aura conçu au préalable.


Faire naître des synergies
" Les parcours de tous étant différents, les échanges sur la ferme sont permanents et très riches. Ils nous permettent d’améliorer nos techniques culturales mais aussi de mutualiser nos savoir-faire. Bien sûr, une aide juridique, fiscale est aussi apportée durant cette période à la ferme " rajoute Édouard.


… Sur un lieu de vie aussi
Depuis janvier, les quatre premiers maraîchers en devenir sont arrivés sur la ferme ; ils devraient être 12 sélectionnés d'ici la fin de l'année. Plus qu'une pépinière ou un incubateur, la ferme de la Glutamine est un lieu de vie. A leur arrivée, chaque participant reçoit un "kit" afin de séjourner sur le site  composé d'une Tiny House (petite maison mobile), d'un container pour stocker le matériel, d'une éolienne (à auto-construire) afin d'être autonome en matière d'énergie et d'un vélo tracteur (tracteur à pédale pour petites surfaces). Le kit revient à 30.000 euros mais un système de location avec option d’achat est proposé pour que le plus grand nombre puisse postuler.


Prochaine étape : l'organisation d'un marathon aux idées
Heureux de voir que le projet séduit de plus en plus de personnes, au regard des demandes de dossier de maraîchage, du nombre d'adhérents qui grossit de jour en jour, de bénévoles nombreux qui viennent soutenir le projet (comptables, juristes…) le fondateur de la ferme de la Glutamine souhaite porter la parole du vivre mieux dans une économie solidaire auprès des jeunes en organisant une grande manifestation au mois de mai "les 24 heures du recyclage" au Parc expo de Bordeaux sous la forme d'un Hackathon (processus créatif fréquemment utilisé dans le domaine de l'innovation numérique). "Nous avons déterminé 12 thèmes, les 12 travaux d'Hackaton sur lesquels on va travailler pendant 24 heures exactement, et on sortira du lieu en ayant débattu et partagé des idées dont certaines seront retenues et aidées pour être mises en place".
On l'a bien compris, demain le bon sens écologique et solidaire près de chez nous passera par la ferme de la glutamine.

 

Entre nous

>  Grande satisfaction : "Travailler tous les jours avec des personnes impliquées. Je suis heureux et joyeux dans mon champ".
 
> Solutions à trouver prochainement ? " Elles arrivent maintenant dès que je lève le doigt. En fédérant autant de personnes, les solutions naissent inévitablement"

Pour les plus curieux :  www.fermeglutamine.org   -   www.facebook.com/charlesedouard.oksenhendler/post                 

REDACTION

Journal  d'information numérique (lettre et site) associatif, indépendant, participatif et gratuit.

Contact : redaction-itvb@orange.fr

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus