Prochaine Lettre ITVB, jeudi 30 septembre.

Bordeaux | 33

Étudiants en architecture, ils ont voulu réinventer leur métier en allant au contact des habitants. Cette exploration de la démocratie participative démarrée en 1995 a donné naissance à une aventure parallèle : la randonnée périurbaine dénommée aujourd’hui les sentiers des Terres communes. Suivez le guide…

Encore étudiants en architecture, ils ont souhaité aller à la rencontre des habitants des villes, car pour eux, il était impossible de transformer un espace public urbain depuis un bureau.

… « Une démarche à la fois participative, artistique et culturelle… »
« C’est au contact des citoyens que l’on peut  accompagner et nourrir les processus de transformation urbaine. Notre volonté était et reste de proposer une démarche à la fois participative, artistique et culturelle. Nous faisons des propositions exploratoires avant les aménagements définitifs. On essaye de mettre les habitants au cœur de la discussion et du chantier pour ceux qui veulent y participer concrètement.» raconte Yvan Detraz, directeur de l’Agence « le bruit du Frigo » et l’un des fondateurs.
Après avoir démarré avec un atelier mobile, le petit collectif d’architectes en herbe s’est ensuite transformé deux ans plus tard en agence sous la dénomination « le Bruit du Frigo » (nom emprunté à un bar très fréquenté à la fin des années 80 dans le vieux Bordeaux) avec un statut associatif qu’elle a encore aujourd’hui.

Une exploration des possibles de l’espace public
En lien avec son activité professionnelle : explorer les possibles de l’espace public, Yvan Detraz, en 1999, a mené, dans le cadre de ses travaux universitaires, une expédition pédestre en solitaire de 3 mois à travers la périphérie bordelaise pour cartographier les espaces délaissés. Il répertorie ainsi 1 000 km et découvre un trésor urbain. « Tous les espaces, zones industrielles, zones commerciales, pavillonnaires… constituent un puzzle qui jouxte des sentiers, des chemins non répertoriés jusqu’alors. Ils étaient les derniers endroits où l’on marchait ».
Pour notre défricheur, l’aventure est là, à chaque pas. Dès que l’on fait le tour à pied d’un bâtiment, on y découvre une clairière, un bois. On se retrouve en pleine nature puis de nouveau sur un parking avec au-dessus un pylône électrique, vite l’oublier en passant à côté d’un potager sauvage, d’un squat… « C’est une aventure parallèle de tous les instants. C’est aussi une façon de reprendre pied dans la réalité de nos territoires » dit-il.

Pour vivre heureux vivons cachés … ?
Pour vivre heureux vivons cachés ? Tel n’est pas l’intention du marcheur avec qui nous partageons cet échange. « Je voulais faire connaître ces endroits, mais aussi les faire connaître pour ne pas que d’autres s’en emparent à des fins lucratives. Il est important de démontrer que ces terrains ont une valeur sociale à travers les usages que l’on adoptera, comme la marche… qu’ils constituent de véritables corridors pour la faune et la flore, qu’on y observe aussi du petit patrimoine. L’exotisme est là devant notre porte.»

Une évasion de proximité
Non répertoriés par la Fédération française de la randonnée pédestre, ses sentiers à la périphérie de la ville, appelés aujourd’hui « terres communes » le sont désormais à partir du travail du Bruit du Frigo. On peut sur le site internet de l’association télécharger sa future ballade ; 300 km sont ainsi proposés en 15 boucles d’une journée.

… Avec une nuitée dans des refuges sur l’espace public
Dans cette escapade inédite il est possible de passer une nuit sur le territoire public dans l’un des onze refuges périurbains (fermés actuellement en raison du contexte) véritables observatoires, mais également œuvres architecturales, folies contemporaines… mis à disposition par Bordeaux Métropole sur réservation. La nuitée est gratuite.
Un vrai dépaysement que l’on peut goûter aussi dans les écrits de notre accompagnateur à travers son ouvrage « Zone sweet zone » (faisant écho au « Home… ») parut en 2020, véritable manifeste politique et poétique pour réinventer nos métropoles par la marche.

 

Les Trois coups ! selon Yvan Detraz

> Coup de chapeau :  « A l’équipe des refuges, Zebra 3 avec qui nous travaillons main dans la main et qui fabrique tous les refuges. »

> Coup de main  : « A ceux qui seraient intéressés par les mêmes questions que nous, mais c’est une évidence que je dis là… »
http://www.ici-toutvabien.org/renouer/157-oeuvre-eco-paysagere-gers-aubiet.html
> Coup de projecteur : « Aux sentiers urbains, c’est une pratique en plein essor qui rassemble le monde des arts et de l’aménagement, le tourisme… Ils permettent de nous reconnecter à nos territoires. »

 

Pour les plus curieux : https://bruitdufrigo.com - https://lesrefuges.bordeaux-metropole.fr


Vous avez aimé ce récit, vous aimerez certainement… :

Une oeuvre éco-paysagére…    :  http://www.ici-toutvabien.org/renouer/157-oeuvre-eco-paysagere-gers-aubiet.html

Partager cet article de ICI, tout va bien
Pin It

REDACTION

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus