Saint Paul La Roche | 24

Malgré une dynamique associative sur le territoire, une bande de copains, copines, fait le constat d’un manque de lieu pour se rencontrer, partager des expériences, accueillir des spectacles… L’opportunité d’un local vacant sur une commune va être l’occasion de postuler à travers un projet de café associatif. Dès l’ouverture en juin 2021, les jeudis soir deviennent des rendez-vous incontournables…

Castanet-Tolosan | 31

Une envie de réagir, d’agir, d’en faire plus en matière écologique, d’intégrer des valeurs d’économie sociale dans la poursuite de sa route professionnelle, un projet pour un lieu, une énergie à entraîner d’autres personnes, complémentaires, qui voulaient « en être », des interlocuteurs au sein de la municipalité réceptifs et plus encore aujourd’hui ; les ingrédients sont posés pour créer un café associatif de sensibilisation à la transition… dans lequel la Maîtresse des lieux invite les visiteurs « à entrer dans la danse ».

Mauvezin | 32

C’est l’histoire d’un collectif qui s’est rencontré à travers l’AMAP de la commune et qui voulait aller plus loin en créant un espace de culture alternative dédié à la rencontre et au partage. Sans café fixe dans un premier temps, « les enfants pas sages » comme on pourrait les nommer, se sont posés, sans perdre de vue que les luttes sociales d’hier sont un outil pour agir aujourd’hui.

Buros | 64

Selon l’heure, le lieu se veut bar ou café culturel, mais aussi guinguette aux beaux jours. Porté par une jeune femme de la région parisienne, récemment installée dans la commune, le projet a de suite séduit l’équipe municipale. Plus d’un an après, l’espace est devenu un « lieu d’ancrage » où l’on se rencontre à travers des activités, des propositions culturelles ou tout simplement en venant prendre un café. Jeunes et moins jeunes apprécient…

Auch | 32

Comment réapprendre notre relation à l’arbre, à son pouvoir sur le vivant ? Comment agir sur ce qui l’environne ? Depuis plus de 30 ans, une association accompagne des projets de plantation d’arbres, de haies champêtre et d’agroforesterie afin que les territoires puissent durablement produire et prospérer.

Moustey | 40

Des gestionnaires forestiers du massif landais ont transformé depuis plus de 20 ans leur pratique, conjuguant respect de la biodiversité et production de bois. La méthode repose sur un traitement irrégulier et respectueuse des processus naturels des écosystèmes forestiers. Rencontre avec l’un d’eux…

 

Montsaunès | 31

Depuis près de 20 ans, une commune rurale a fait le choix d’opter pour une sylviculture par régénération naturelle. Ce passage à une gestion forestière plus douce a permis de voir réapparaître différentes strates, sous bois, arbustes, biodiversité …  Elle est le résultat d’une pratique initiée par un garde forestier et de l’écoute active des élus.

Cocumont | 47

Créer un atelier artisanal de sciage du bois à partir d’essences locales et instiller d'anciens savoir-faire  sans renier la technologie, telle est la ligne de conduite de ce jeune artisan. Ingénieur de l’école supérieur du bois, le métier de scieur, il l’a appris comme apprenti mais aussi en allant recueillir l’expérience d’anciens bûcherons et scieurs.

Bordeaux | 33

Remettant en cause la manière de «faire ensemble», une coopérative abandonne le système hiérarchique pyramidal pour la gouvernance partagée, plus en adéquation avec les valeurs portées par l’ESS. Ce nouveau mode de gouvernance va donner vie à la gestion par le consentement, le partage des responsabilités, la transparence, la co-construction de la politique salariale… dans la coopérative et l’ensemble du réseau. 

Tarnos | 40

Sur une ferme agrobiologique, des femmes* placées sous le régime judiciaire en aménagement de peine apprennent l’autonomie pour construire un futur. Ce lieu transitoire entre la détention et la liberté est unique en France et en Europe. Son fondateur et directeur est un ancien détenu. A son tour, il transmet ce qu’il a reçu et qui tient en quelques mots «la société a besoin de toi». 

Bayonne | 64

S’appuyant sur un territoire, son histoire, la monnaie complémentaire locale permettrait-elle de changer de comportement, de passer à l’action localement, sans presque s’en rendre compte ? Nommée outil social, elle est au Pays Basque en progression constante, aidée depuis quelque temps par sa version numérique.

Boucau | 64

Un atelier vélo associatif uniquement voué à faire de la mécanique ? Non, ces  passionné(e)s du savoir-faire artisanal, des pièces anciennes, du graphisme… et du vélo, ont mis tout en commun pour parler autrement de mobilités douces et donner naissance à un évènement quelques mois après leur création… À parcourir à vélo.

Bournos | 64

Lors de leur formation professionnelle agricole, ils ne concevaient pas leur projet d’installation sans faire du pain.
Installés depuis 6 ans, lui, est aujourd’hui le plus souvent dans les champs, elle, les mains dans le pétrin deux jours par semaine… Une belle harmonie sur ce lieu où la vente de pain se fait à la ferme pour le grand plaisir de ces paysans boulangers.

Vézac | 24

Pensant à sa retraite, un agriculteur achète un moulin, le restaure pour y habiter. Apprenant qu’il serait en état de fonctionner, il se lance dans l’aventure. Le meunier imagine une fabrication de croisière quand, au mois de mars dernier la pénurie  de farine arrive. Le moulin devient alors une affaire de famille pour une clientèle locale.

L’Isle-de-Noé | 32

Ouvrir une jardinerie bio en prenant en compte tous les paramètres de son activité ; des serres non chauffées au déplacement sur les marchés en passant par la production de plants de fleurs avec la réintroduction de variétés oubliées comme le bleuet, si nécessaire en matière de pollinisation ; le défi est posé dans la bonne humeur et l’envie de répondre à une clientèle qui évolue.

L’Isle-Jourdain | 32

Avec une équipe municipale mobilisée en matière d’environnement, des agents de la collectivité prenant en compte de nouvelles pratiques, le soutien auprès des habitants, la commune du Gers a adopté le leitmotiv du « passage à l’action » qui se veut transversal, inclusif et joyeux.

Saint-Geours-de-Maremne | 40

Plante diabolisée, au passé économique glorieux et oublié, toujours malmenée par la législation, le chanvre refait pourtant surface pour offrir ses vertus dans tous ses usages ou presque en tant que plante cultivée, aliment, textile, papier, isolant.  Zoom sur une production avec celui qui a démarré la filière dans les Landes.

Partis à sept, ils sont aujourd’hui une soixantaine d’agriculteurs bio à rallier un point de vente qu’ils animent pour vendre leurs productions en direct. En 2006,  l’objectif de la boutique était d’y faire principalement la promotion du bio à travers un outil collectif. Quatorze ans après, le projet évolue avec la volonté d’intégrer une jeune génération pour piloter demain la coopérative.

Toulouse - 31

Festivals, fêtes communales, manifestations sportives… sont actuellement en mode pause. Pour autant les organisateurs, associatifs ou publics les préparent avec la volonté d’apporter demain des réponses plus écologiques. Dans l’objectif de favoriser ces pratiques éco-responsables sur les événements, une association en Occitanie multiplie les formations et les propositions pour les y préparer.

Losse 40

Une ancienne maison du XVIIIe, la seule du village dans les années 60 avec une télévision qui accueillait les habitants pour des soirées autour de l’écran… Soixante ans plus tard, ce même lieu réinvente l’accueil et le partage à partir de la nature. Il permet de s’y nourrir, d’y séjourner, de s’y former, de s’y retrouver lors des «hèstas » et bien d’autres choses …

Le Pizou 24

Alternative à la maison de retraite, l’accueil familial présente de nombreux avantages, coût financier moindre, stimulation du groupe et relations humaines privilégiées. Frein à son développement : le statut des accueillants en étude depuis 30 ans. Pour faciliter la proposition de ce service, des collectivités locales n’hésitent pas à construire des maisons qu’elles mettent à disposition des familles d’accueil moyennant un loyer.

Dans l’objectif de se rendre utile et se voulant fidèle à ce nouveau journalisme qui revendique l’écoute et la proximité, il est apparu comme une évidence pour ITVB de recueillir le récit des acteurs de l’ESS (économie sociale et solidaire) touchés aussi par cette crise sanitaire et qui ont nourri avec générosité le journal depuis 3 ans.

REDACTION

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus