La LETTRE du Mois

Lettre N° 31 - Mars 2021

 

LIGNE ÉDITORIALE

ICI, tout va bien est né en 2017. Dans sa version actuelle démarrée avec le numéro de mars 2021, ITVB veut plus qu’hier faciliter le déclic du passage à l’action, de la co-construction, de l’envie de faire avec, de se remettre en phase avec le vivant, de s’impliquer ponctuellement ou à long terme dans un projet à travers la mise en avant de récits proches de chez nous* et parfois plus loin.

Marie-Hélène Lopez

Point commun de ces initiatives, solutions ou pratiques innovantes : elles sont vectrices d’émancipation, de mieux-être, de sens par leur part-pris environnemental, leur modèle économique et social, leur gouvernance aussi.

Poursuivre le journalisme positif, bien sûr, reposant sur de nouveaux imaginaires, des envies de possibles en appuyant sur l’engagement et les énergies collectives.

L’art, la culture, seront des leviers toujours essentiels dans ce devenir proche.

Les forces pour agir sont là, à nous de les saisir.

« Il n’y a pas de lendemains qui chantent, il n’y a que des aujourd’hui qui bruissent » selon « les furtifs » d’Alain Damasio.

Marie-Hélène Lopez, journaliste, responsable de la Publication.

*Territoire d’information : les départements 24, 31, 32, 33, 40, 47, 64, 65.

ITVB c’est 9 lettres par an que l’on peut recevoir par mail gratuitement en s’abonnant ; possibilité de faire un don avec déduction fiscale.

Termes d'Armagnac - 32

D’un côté,  une ruralité où les initiatives locales sont multiples mais peu soutenues ; de l’autre, des jeunes, de plus en plus nombreux à s’engager dans des actions solidaires mais peu sollicités dans le secteur rural. Entre les deux, une association qui propose la mise en place d’un dispositif jeunes venant en appui des acteurs locaux. Un pari sur l’avenir…

L’idée est simple, c’est ce qu’en dit lui-même celui qui en est à l’origine du projet d’Insite, Thilbault Renaudin : « Il s’agit de proposer aux jeunes sur la base d’un service civique de vivre dans un village pour accomplir un projet collectif qu’ils mèneront auprès d’acteurs locaux dynamiques. L’objectif à long terme est à la fois de valoriser les richesses du territoire, de créer de l’emploi et au final de tisser du lien social dans ces zones délaissées».


Méthode, ambition et écoute des partenaires
Le parcours professionnel et plus récemment  associatif avec « l'Académie médiévale et populaire de Termes d'Armagnac », qui a permis à trois jeunes en service civique de trouver un emploi pérenne dans le village, donne à ce Gersois en plus de la méthode, de l’ambition à son nouveau projet mais aussi une écoute auprès de ces partenaires « Les institutionnels que ce soit au niveau de la région, du département et des mairies sont très preneurs. Le dispositif va donc se déployer sur trois ou quatre petits villages du Gers, de la Haute-Garonne, de l'Ariège, du Tarn, du Lot, de l'Aude et des Pyrénées-Orientales. Les communes auront à assurer uniquement le logement des jeunes et le projet mené par ces derniers viendra ainsi en appui à un acteur local du territoire existant : un commerce, un artisan, une association… afin de lui permettre de se développer ».


Démarrage du recrutement des jeunes fin février
Côtés jeunes, le recrutement des services civiques devrait passer par les structures habituelles : les missions locales, les Unis Cités, la Ligue de l’Enseignement et démarrera pour la première cession fin février ; les jeunes devront s’engager pour une durée de 6 mois. « Ce dispositif est conçu comme un Eramus rural qui va permettre aux jeunes d’ici et d’ailleurs de vivre une expérience humaine dans un petit village. On va leur dire -ici c'est beau, on mange bien, on respire bien et on rencontre des gens extraordinaires- ».

 


 «… Pour vivre une aventure exceptionnelle »
L’optimisme ne serait-il pas porté à l’excès par le porteur du projet ? « C’est en effet un défi que nous allons relever même si je pense en tant que natif d’ici et au regard de mes rencontres aujourd’hui dans ces territoires, qu’ils vont vivre une aventure humaine exceptionnelle».


Un accompagnement sur le long terme
L’autre défi que devra relever l’association « Insite » créée pour ce dispositif est d’apporter un soutien sur un temps long auprès des acteurs locaux « C’est une notion aujourd’hui passée de mode ; nous sommes dans l’immédiateté, la réussite se jugeant  sur le court terme. Nous pensons que sur ces territoires, c’est une autre échelle temps qu’il faut mettre en place. Une proposition pour s’installer nécessite du temps et souvent c’est ce qui manque aux acteurs du territoire rural. Nous sommes là pour les aider à pouvoir prendre ce temps à travers le renouvellement, si besoin des équipes jeunes qui viendront ainsi en soutien».


Entre nous :
> Grande satisfaction : "J’en ai plutôt deux… L’enthousiasme des personnes rencontrées et la confirmation  de la richesse des projets existants  qui touchent au territoire, à l’environnement ou au patrimoine".

> Solutions à trouver prochainement ? "Elles sont multiples et  demandent une énergie incroyable pour les mettre en œuvre mais on avance…"




Pour les plus curieux : http://insite-france.strikingly.com

Je m’engage à apporter mon expérience sur un projet similaire, vous pouvez me contacter :
Thibault Renaudin : 06.15.06.61.53   -  Mail :  Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Partager cet article de ICI, tout va bien
Pin It

REDACTION

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus